Comment Calmer Un Bébé Qui Pleure ?

Il est important de se rappeler que les bébés ne peuvent pas communiquer avec les mots, donc ils utilisent leurs pleurs pour exprimer ce qu’ils veulent ou ce dont ils ont besoin. Les bébés pleurent souvent, et cela peut être déroutant et frustrant pour les parents. Il est, certes, bon de laisser un bébé pleurer, mais pendant un court moment, avant de le réconforter.

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles les bébés pleurent, et il n’y a pas de solution unique pour les calmer. Les bébés peuvent pleurer pour exprimer leur faim, leur soif, leur douleur, ou tout simplement parce qu’ils sont fatigués. Les parents doivent essayer de comprendre la cause des pleurs du bébé, afin de pouvoir l’aider à se calmer.

Doit-on laisser pleurer un bébé ?

La théorie est que si vous ne répondez pas à ses pleurs, le petit être apprendra qu’il ne vaut pas la peine de pleurer. Richard Ferber, auteur de Solve Your Child’s Sleep Problems, est le partisan le plus connu de cette théorie, appelée Méthode Ferber.

Selon lui, la plupart des jeunes enfants devraient faire leurs nuits à l’âge de 3 ou 4 mois. Si votre bébé ne fait toujours pas ses nuits à quatre mois, essayez de faire des expériences pour résoudre le problème :

  • Placez-le dans son lit lorsqu’il est éveillé. Vous pouvez commencer un peu plus tard que d’habitude, afin qu’il soit bien fatigué. S’il pleure, allez le voir à intervalles réguliers pour le calmer, sans allumer la lumière ni le prendre dans vos bras (Ferber, 2006).
  • La première nuit, commencez par aller le voir toutes les trois minutes, puis cinq et enfin dix minutes. Après une semaine, augmentez l’intervalle entre les visites, jusqu’à ce que vous ne le voyiez plus que toutes les 20 à 30 minutes.
  • Lorsque vous rendez visite à votre trésor, assurez-vous qu’il n’est pas gêné par son sac de couchage ou qu’il n’a pas perdu son doudou ou sa tétine. Parlez-lui de manière rassurante et partez. Ne restez pas plus d’une minute ou deux dans la pièce. S’il enlève sa couverture ou jette son doudou par terre alors qu’il est seul, ne le lui rendez que la prochaine fois que vous passerez.
  • .

Votre bébé finira par apprendre à s’endormir seul. Ferber précise toutefois que cette approche unique ne s’applique pas à tous les bébés (Ferber R, 2006).

L’American Academy of Sleep Medicine (Mindell et al 2006) a passé en revue les différentes méthodes d’endormissement, y compris les pleurs. La conclusion est qu’il n’y a pas une seule approche idéale pour résoudre les problèmes de sommeil de votre bébé.

Toutes les méthodes fonctionnent si vous respectez une simple règle d’or : être cohérent.

Que faire alors ? Laissez votre bébé pleurer ou non

Un parent réconforte son bébé qui pleure.
Cette question fait l’objet de nombreux débats. Existe-t-il une alternative à la méthode Ferber ? Voici l’avis d’autres experts de la petite enfance sur les fameux pleurs des bébés.

Penelope Leach Auteur de Your Baby and Child

  • Son approche : « Soyez à l’écoute des pleurs de votre bébé. Si vous laissez votre bébé pleurer, il se sentira abandonné et aura peur à chaque fois que vous le quitterez, que ce soit avant d’aller se coucher ou à un autre moment de la journée »
  • Quand réagir : commencez à « agir » avant que votre bébé n’ait environ 9 mois. Les bébés ne sont en effet pas capables de savoir que la nuit est faite pour dormir avant d’avoir atteint cet âge.
  • Comment faire : il s’agit d’aider votre bébé à associer le moment du coucher à un moment heureux, calme et sécurisant et à s’endormir lui-même. N’y renoncez pas tout de suite ! Conservez des rituels agréables au moment du coucher. Si votre bébé pleure, allez dans sa chambre autant de fois que nécessaire, rassurez-le, puis partez. Leach écrit : « Vous devrez peut-être répéter ce rituel de nombreuses fois, mais c’est le seul moyen sûr de convaincre votre bébé que vous reviendrez et que vous ne l’abandonnerez pas. (Leach P, 2003)

T Berry Brazelton Auteur de Touchpoints

  • Son approche : soyez présent, mais laissez l’enfant pleurer. Avant d’utiliser cette méthode, consultez votre partenaire afin d’être absolument cohérent.
  • Quand réagir : cela dépend de votre enfant. Cela peut être à l’âge de 6 mois ou de 2 ans. Brazelton invite les parents à examiner leurs propres motivations et celles de leur enfant avant de commencer cette approche.
  • Comment faire : évitez les siestes de l’après-midi après 15 heures, conservez un rituel du coucher affectueux et rassurant, n’allaitez pas et ne bercez pas votre bébé pour l’endormir. Mettez-le au lit éveillé et restez avec lui pour le rassurer. Dites-lui que vous êtes là, mais qu’il peut s’endormir seul.

Préparez-vous à être réveillée toutes les quatre heures environ. Si votre bébé pleure, allez doucement vers lui et essayez de ne pas le stimuler. Ne le prenez pas dans vos bras et ne le bercez pas. Calmez-le et rassurez-le. Dès que vous vous sentez plus à l’aise, n’allez plus vers lui, mais parlez-lui et rassurez-le. Proposez-lui par exemple de se blottir contre son doudou. Étape suivante : attendez 15 minutes avant de réagir à ses pleurs et répétez l’étape précédente (Brazelton TB, 2006).

Benjamin Spock Auteur de Baby and Child Care

  • Son approche : laissez l’enfant pleurer!
  • Quand réagir : dès l’âge de 3 mois.
  • Comment faire : « Dites « bonne nuit » à votre bébé sans vous retourner. Normalement, après trois nuits de pleurs sans intervention, votre bébé s’endormira de lui-même ». Spock explique que la plupart des bébés pleurent jusqu’à 30 minutes la première nuit. Ils se rendent compte que cela ne sert à rien et finissent par s’endormir. Il écrit : « Je suis convaincu qu’à cet âge, ils ne pleurent que par colère… Regarder le bébé ne fait que renforcer sa colère et prolonger encore plus ses pleurs ». (Spock B, 2005)

William Sears Auteur de The Baby Book

  • Son approche : dormir avec son bébé ou d’autres approches similaires. Selon Sears, « le résultat [des pleurs] est toujours le même : une mère tendue et un bébé en colère qui finit par s’épuiser et s’endormir. Mais à quel prix ? Les pleurs doivent définitivement être évités pour aider le bébé à s’endormir »
  • Quand faut-il agir : dès la petite enfance, jusqu’à ce que l’enfant soit prêt à dormir dans son propre lit.
  • Comment faire : vous pouvez partager votre lit avec votre bébé pendant les premiers mois de sa vie. Selon Sears, une mère et son bébé dorment mieux et plus longtemps lorsqu’ils sont couchés côte à côte. Le bébé a plus chaud, se sent plus en sécurité et a un sein à portée de main lorsqu’il a faim. De plus, les bébés auraient une bonne croissance s’ils dorment à proximité de leurs parents. Lorsque la mère a repris le travail, dormir avec son bébé peut l’aider à créer un nouveau lien avec son bébé et à surmonter la séparation.

Si le cododo n’est pas votre tasse de thé ou si vous craignez pour la sécurité de votre bébé, vous trouverez ici d’autres suggestions de Sears pour aider votre bébé à faire ses nuits :

  • Réfléchissez aux raisons pour lesquelles votre bébé se réveille et pleure la nuit. Soyez attentif à ses pleurs, essayez de les décrypter et calmez-le.
  • Assurez-le à tour de rôle avec votre partenaire. Un bébé allaité réclame souvent sa mère la nuit, même s’il n’a plus besoin de téter. Si votre partenaire se lève également, votre bébé apprendra à être rassuré par lui aussi. Il cessera peut-être de vous appeler s’il sait qu’il n’a plus rien à manger !

  • Offrez à votre bébé une peluche et aidez-le à l’associer à l’heure du coucher (Sears W, 2005).

Laisser un commentaire